Accueil » Présentation
Pr?sentation

Culture de la performance de plus en plus prégnanteLe monde du travail peut engendrer de grandes satisfactions et contribuer à l’épanouissement de la personne. Il peut au contraire, pour certains, engendrer de la souffrance. Car les exigences de la vie en entreprise aujourd’hui, dans un contexte socio-économique difficile et une culture de la performance de plus en plus prégnante, exercent souvent sur les individus une pression parfois difficile à supporter, et qui affecte non seulement la qualité du travail mais la personne elle-même.

Perte renouvellée de repèresDe fréquents changements d’organisation modifient souvent brusquement la place de chacun et entraînent une perte renouvelée des repères et du « sens » ; les fusions, les restructurations, les croisements de cultures différentes augmentent les difficultés des salariés. Tous ces phénomènes se traduisent par une surcharge de travail, la dégradation du « vivre ensemble », une hyper- compétition qui casse les liens, et ont contribué à l’émergence d’un problème de santé publique : le stress et la souffrance au travail. Très souvent, des problèmes personnels s’ajoutent parfois à cette souffrance, sans qu’il soit possible de déceler vraiment ce qui est imputable au travail ou à la vie privée.

De plus en plus, les entreprises souhaitent anticiper sur cette question, cherchent à analyser et évaluer les facteurs sur lesquels elles pourraient avoir de l’impact.

30% des arrêts maladie de longue duréeDéjà en l’an 2000, l’Agence Européenne pour la sécurité et la santé au travail, a estimé que le stress serait à l’origine de 50 à 60 % des journées de travail perdues. La souffrance psychique, le stress, engendrent aujourd’hui en France, presque 70% de l’absentéisme au travail. Plus de 30% des arrêts maladie de longue durée leurs sont dus. Plus de 70% des cadres au niveau européen estiment souffrir de stress « négatif », 46% se sentent découragés, 30% envisagent de changer de fonction pour ces raisons (Journal du Management, Mars 2005).

Outre cet impact mesurable, beaucoup d’entreprises se plaignent d’un turn-over trop élevé, de former des salariés qui, trop vite, les quittent.

Il faut bien reconnaître que les nouvelles organisations du travail ont, de fait, contribué à la mise en place de modes de gestion des Ressources Humaines ayant perdu en humanité. Et les multiples pressions finissent par provoquer chez les salariés l’inverse du résultat souhaité : baisse de la productivité, absentéisme, comportements revendicatifs ou passifs, manque d’adhésion personnelle aux projets…

Il faut reconnaître surtout qu’il est encore TABOU aujourd’hui, dans la plupart des entreprises, de parler de la souffrance des salariés (sentiment de culpabilité, peur d’introduire la notion de « psy » dans la vie de l’entreprise, sentiment d’impuissance quant à la façon de gérer ce fléau contemporain qui nuit autant aux uns qu’aux autres, et dans lequel tout le monde est perdant).

La position de victime devenant même un statutDissimulée, non-dite, la souffrance se développe de plus en plus , la position de victime devenant même un statut, un  enjeu malsain dans les relations sociales.
Pourtant tous les acteurs de la vie de l’entreprise (managers, salariés …) ont intérêt à travailler ensemble à la prévention de ces risques psycho-sociaux pour les anticiper, en repérant leurs facteurs d’alerte, dans l’organisation, dans les modes de management et de communication, dans les comportements.



Pour sortir de la dichotomie des bons et des méchantsPour sortir de la dichotomie des bons (ceux qui souffrent)  et des méchants (ceux qui font souffrir)
Pour sortir de la notion de victimisation qui tient trop souvent lieu d’identité
Pour aider ceux qui souffrent à se repositionner, à transformer l’énergie à souffrir en énergie à créer, à se redynamiser
Pour la responsabilisation de chacun
Pour aider les entreprises à atteindre le niveau de qualité et de rentabilité qu’elles recherchent en aidant le personnel à s’adapter, à se développer personnellement et professionnellement :

Outrepasser

la

Souffrance,

pour

Exister

et se

Remobiliser

est une méthodologie construite à partir de missions effectuées en entreprise au cours des années, et d’exemples de « cas » réellement traités ; c’est une méthodologie qui propose des outils et techniques éprouvées et opérantes tant sur le plan psychosocial qu’organisationnel.

Changement personnel de position face aux difficultésNombre de facteurs provoquant le mal-être, le stress, la souffrance des salariés, facteurs socio-économiques pour la plupart, ne changeront pas.
Il est par contre possible, et la plupart des entreprises en ont la forte volonté, d’accompagner les personnes à un changement personnel de position face aux difficultés…




Changer, évoluer, s’adapter, et, en traversant cette « mue », s’enrichir et enrichir la vie de l’entreprise, c’est l’objectif des interventions des consultants de
Nokanhui.